Menu Fermer

Tête de l’Estrop et les Eaux Tortes en boucle depuis la Foux d’Allos

Je vous présente dans cet article une superbe et grandiose randonnée au départ de la station de la Foux d’Allos dans le haut Verdon, mais attention car on est loin de la balade familiale. Il s’agit bien d’une randonnée réservée aux sportifs et randonneurs aguerris n’ayant pas peur d’affronter une journée d’effort, il vous faudra aussi avoir le sens de l’orientation car les chemins ne sont pas trop bien balisés. Cette randonnée vous mènera en premier lieu à la Tête de l’Estrop, perchée à 2961 mètres d’altitude, point culminant du massif des Trois-Evêchés. Si vous aimez l’aventure et les grands espaces, alors cette randonnée est faites pour vous. Le départ pouvant aussi se faire depuis le refuge de l’Estrop ou depuis un bivouac par exemple aux Eaux Tortes.

  • Durée moyenne : 8 à 10 heures hors pause. (Partir tôt)
  • Distance : entre 27 et 29 km suivant le tracé choisi
  • Dénivelé : entre 1500 et 2000 m. suivant le tracé choisi
  • Difficulté : difficile et sportive (à ne pas sous estimer)
  • Carte IGN : Seyne/Tête de l’Estrop 3439 ET

Voici une vidéo que j’ai réalisée de la randonnée

Détail de l’itinéraire :

Le départ se fait sur le parking situé un peu plus haut que le club « Piou Piou » au dessus du départ du télésiège « Marin Pascal ». Il vous faudra monter en haut du domaine skiable du côté de l’observatoire par le GR de Pays « Tour du haut Verdon » pour vous retrouver en 1 h 30 environ en haut du télésiège de l’observatoire à la Baisse de l’Aiguille.

De là redescendre quelques mètres en direction d’un panneau « Combe de l’observatoire » et prendre direction Tête de l’Estrop, poursuivre sur ce chemin plus ou moins bien marqué avec quelques traces de peinture et quelques cairns jusqu’à trouver un croisement avec un vieux panneau, mais attention car sur certaines cartes ce croisement n’est pas indiqué (ma carte doit être trop vieille…).

Continuez toujours  direction Tête de l’Estrop, plein ouest, le chemin n’est pas très bien marqué (quelques traces de peinture rouge et des cairns), donc soyez vigilant. Ne soyez pas étonné car pendant un moment le chemin part vers le sud et redescend un peu, il y a toujours la possibilité de garder la trajectoire plein ouest mais il faudra passer une zone d’éboulis instable, mais en faisant attention ça passe en visant toujours l’objectif du jour. Si vous décidez de rester sur le chemin, vous tomberez sur un autre croisement de chemin avec marqué l’Estrop mais c’est à peine visible, prendre bien sûr cette direction.

De là bien repérer les cairns car les marques de peinture rouge sont pas très visibles et vous arrivez sur une dalle oblique qui vous mènera au sommet. Il ne vous restera plus qu’à profiter de la vue qui s’offre à vous, notamment sur la Grande Séolane face à vous. Si la fatigue se fait déjà ressentir, je vous conseille de ne pas continuer la suite et de prendre le chemin du retour par le chemin de montée, et si vous êtes en forme et prêt a affronter une grande boucle, alors vous pourrez continuer.

Il vous faudra trouver le passage appelé col Millet ou col du Glacier mais non indiqué sur les cartes de randonnée, pour cela deux options :

La première, la plus longue mais la moins « pomatoire » est de retourner au dernier croisement, celui où il y a marqué l’Estrop en rouge sur le rocher et de prendre direction plein sud vers le refuge de l’Estrop pour tomber sur un autre croisement où là il faudra prendre plein nord direction Larveq. Cette option est la plus sûre niveau orientation mais la plus longue.

La deuxième consiste à redescendre un peu et prendre directement à droite sous la face sud de la Tête de l’Estrop, pour cela il faut avoir le pied montagnard et bien se repérer mais ça passe car j’y suis déjà passé dans le sens inverse. Cette option est beaucoup plus rapide.

Dans les deux cas vous arriverez à ce fameux col.

D’ici il faudra viser les deux lacs devant vous, mais attention la descente est très technique, vous êtes dans un ancien glacier, il y’a quelques restes sous la face nord de la Tête de l’Estrop. Dans cette partie il y’a beaucoup de pierres instables donc méfiez vous, une fois arrivé aux deux lacs, les difficultés seront derrières vous, mais attention il restera encore du chemin et notamment une belle montée.

Descendre jusqu’aux Eaux Tortes sur un chemin bien marqué.

 

Une fois aux Eaux Tortes vous avez la possibilité d’en faire le tour en moins de 20 minutes, ensuite prendre la direction de l’Abbaye de Larveq jusqu’à croiser un panneau marqué « Lambresc » à l’altitude 2190 m. De là il vous faudra prendre à droite direction « la petite barre ». Ca sera la dernière montée de la journée, mais croyez moi , cella là vous fera mal aux cuisses et aux mollets car ça monte bien…

Après un dernier gros effort vous voici à la baisse de la Petite Barre, de là soit suivre le cheminement pour récupérer le chemin de l’aller au niveau du vieux panneau en bois, soit tirez droit direction le télésiège de l’observatoire que l’on aperçoit. Il ne vous restera plus qu’à descendre là où vous êtes montés ce matin.

Sportivement, Cédric alias Lou Baou.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *